• Bernard (20 août)

     
     

    Bernard

    Fête : 20 août

     

    Bernard (20 août)

     

    Pourquoi l'invoquer ?

    - Contre les ronflements.

     

    Prière :

    † Bon Saint Bernard,

    dont la parole était d'or et le silence de diamant, dans ta retraite de Clairvaux,

    fais que s'apaise le ronflement que du ciel tu entends ;

    † Toi qui apprit à tes moines combien il est bon et agréable de vivre ensemble,

    donne un sommeil serein à mon voisin,

    afin que, dans le silence, et la sérénité retrouvés,

    tu entendes mieux les prières que j'adresse à Dieu.

    † Amen.

     

    Né en 1090 ou 1091   à Fontaine près de Dijon, dans une famille noble de  Bourgogne,   Bernard est le troisième des sept enfants de Tescelin le Roux (Tescelin Sorrel  ) et d'Alette ou Aleth de Montbard, une femme de haute vertu.

    Son père, Tescelin, est un membre de la famille des seigneurs de Châtillon-Sur-Seine. Modeste chevalier, il est au service du duc de Bourgogne et a cherché à faire un riche mariage. Il gère des terres autour de Montbard, d'Alise-Sainte-Reine, dans la vallée de la Laignes ou au confluent de l'Aube et de l'Aujon en plus de sa seigneurerie de Fontaine.

    La famille de sa mère, Alette ou Aleth, est de plus haute lignée. Le grand père de Bernard règne sur la seigneurie de Montbard. Ses terres s'étendent sur les plateaux situés entre l'Armançon et la Seine. Son frère, André de Montbard est l'un des neuf fondateurs de l'ordre du Temple et devient même maître . La famille de Bernard appartient donc à la moyenne noblesse.

    À l'âge de neuf ans, il est envoyé à l'école canoniale de Châtillon-Sur-Seine. Après les rudiments, il suit le trivium, premier cycle d'enseignement consacré aux lettres (grammaire, rhétorique et dialectique). Montrant un goût particulier pour la littérature, il acquiert une bonne connaissance de la Bible, des Pères de l'Église et de divers auteurs latins.

    En revanche, il ne suivra pas le quadrivium (second cycle, portant sur l'arithmétique, la géométrie, l'astronomie et la musique). À l'âge de seize ou dix-sept ans, il perd sa mère et en est très vivement affecté. Il mène ensuite l'existence mondaine des jeunes nobles de son âge mais semble très vite vouloir entrer dans les ordres. Dans un premier temps, il laisse entendre à sa famille qu'il prépare un pèlerinage à Jérusalem pour ne pas inquiéter sa famille par ses préparatifs à la vie monacale.

    En 1112, il entre à l'abbaye de Cîteaux avec trente membres de sa famille ou proches. L'abbaye de Citeaux a été fondée en 1098 par  Robert de Molesme, et Etienne Harding en est l'abbé depuis janvier 1108. Les fondateurs se sont détachés de l'ordre de Cluny, alors en pleine gloire, pour vivre intégralement la règle de saint Benoît. Ils souhaitent répondre à un idéal plus rigoureux : retour à la simplicité dans la vie quotidienne, dans le culte et dans l'art ; rupture avec le monde, pauvreté, silence, travail manuel, tels seront les éléments principaux de la création cistercienne. Cela correspond aux souhaits de Bernard qui veut retourner à l'ascèse monastique la plus rude. Cette ascèse est comparable selon lui à la route de Jérusalem : "par la montée rude (...), vers la Jérusalem de la liberté, celle d'en-haut, notre mère".

    En 1174, Alexandre III le compte parmi les saints.

    Il contribua à la fondation de 80 monastères et affermit au plus haut degré l'autorité de l'église.

    On lui doit de nombreux ouvrages et le cantique Ave, maris stella.

    En savoir plus : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_de_Clairvaux

     

     

     

    Saint Bernard de Clairvaux

     

    En savoir plus :

    Saint Bernard de Clairvaux

    ← Retour (Les Saint guérisseurs)