• Basilique Notre-Dame de Cléry-Saint-André

     

     

    Basilique Notre-Dame

    de Cléry-Saint-André

     

     

     Image illustrative de l'article Basilique Notre-Dame de Cléry-Saint-André

     

    La basilique Notre-Dame de Cléry-Saint-André est un édifice religieux situé à Cléry-Saint-André dans le département du Loiret (région Centre de la France).

    Aujourd'hui église paroissiale de la communauté catholique de Cléry, elle est à la fois collégiale, chapelle royale et basilique mariale en raison de la dévotion à Notre-Dame qui s'y est développée.

    L'édifice a été popularisé par la comptine Le Carillon de Vendôme.

    Il est classé au titre des monuments historiques par la liste de 1840 et situé dans le périmètre du Val de Loire inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.

    Géographie

    La basilique Notre-Dame est située dans le centre-ville de la commune de Cléry-Saint-André, dans le canton de Cléry-Saint-André, l'arrondissement d'Orléans, le département du Loiret, la région Centre et la région naturelle du val de Loire, à 3 km de la rive gauche de la Loire.

    Elle dépend de la province ecclésiastique de Tours, dans le diocèse d'Orléans et la zone pastorale du Val de Loire et de Sologne.

    L'édifice est situé à environ 95 m d'altitude, à 15 km au sud-ouest d’Orléans, 5,5 km à l'est de Meung-sur-Loire et 132 km au sud de Paris ; il est encadré par les routes départementales 18 (rue Louis XI), 951 (rue du maréchal Foch), la rue du cloître et les passages Dunois et Cachon.

    L'église est distante de 6 km de la gare SNCF de Meung-sur-Loire, de 8 km de la sortie 15 de l'autoroute A10 et située sur la ligne 8 du réseau d'autocars départemental Ulys.

    Histoire

    L'église en 1699 par Louis Boudan

     

     

    La sépulture de Louis XI

     

     Caveau présentant les crâne présumés de Louis XI (à droite)

    et Charlotte de Savoie (à gauche)

    Moyen Âge

    L'origine de l'église proviendrait de la découverte d'une statue de la Sainte-Vierge sur le site, à laquelle sont attribuées des vertus miraculeuses à l'origine d'un pèlerinage.

    Afin d'accueillir les pèlerins, Philippe IV le Bel décide d'y faire bâtir une collégiale vers 13007.

    L'église est détruite en 1428 durant la Guerre de Cent Ans par les troupes anglaises, seul le clocher carré subsiste côté nord. Durant une bataille contre les anglais, à Dieppe, Louis XI, alors dauphin de France, fait le vœu de rebâtir une église à Cléry s'il triomphe ; le projet sera mis en œuvre en 1443 par Charles VII et Jean de Dunois qui fondèrent la nouvelle église.

    La reconstruction du nouvel édifice par Louis XI, à la suite de sa victoire de Dieppe en 1443, s'étala de 1449 à 1485 et est réalisée sous la direction Pierre Chauvin et Pierre Le Page ; en 1483, la chapelle Saint-Jean est construite par l'architecte Simon du Val pour Jean de Dunois et sa famille qui y sont inhumés.

    Au XVIe siècle, deux chapelles sont ajoutées : vers 1515, Gilles de Pontbriant, doyen du chapitre de Cléry et son frère, François de Pontbriant, architecte œuvrant alors sur le chantier voisin du château de Chambord font édifier la chapelle Saint-Jacques sur la route du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle ; une chapelle hexagonale signée Jean des Roches.

    On peut suivre le devenir de Notre-Dame de Cléry au travers des lettres patentes émises par Louis XI au cours de son règne (1461-1483) : depuis Tours, en octobre 1461 : « Lettres patentes qui confirment les exemptions, les droits, les obligations etc. des habitants de la ville de Clairy » ; depuis Tours, en décembre 1461 : « Affranchissement de plusieurs impôts en faveur de la ville de Cléry » ; le 21 décembre 1467, depuis Le Mans, l'église collégiale devient également chapelle royale : « Affranchissement général d'impôts et diverses autres concessions pour l'église de Notre-Dame de Cléry » ; depuis Mehun-sur-Loire, le 24 octobre 1471  : « Don fait par le Roi au Chapître de l'église collégiale de Cléry de quatre mille livres tournois de revenu pour ajouter à la solennité du service divin » ; depuis Plessis-du-Parc-lèz-Tours, en février 1478, « Lettres relatives à l'assignation de quatre mille livres de rente, faite au chapitre de Notre-Dame de Cléry, sur les Terres et Seigneureries y désignées » ; en janvier 1479, depuis Les Forges-lèz-Chinon, deux lettres sont émises, « Création de dignités dans le chapître de Notre-Dame de Cléry » et « Exemption des droits de sceau pour le doyen, le chapître, les vicaires et habitués de l'église Notre-Dame de Cléry » ; une en février 1479, depuis Les Forges-lèz-Chinon : « Ratification, avec déclaration, pour un don de quatre mille livres tournois de revenu fait à l'église Notre-Dame de Cléry » et une en mars 1479 depuis Tours : « Lettres concernant les dons faits à l'église Notre-Dame de Cléry ». En novembre 1479, depuis Plessis-du-Parc-lèz-Tours, « Don de sel à l'église de Cléry ».

    Finalement, le roi octroie la baronnie de Cléry à l'église collégiale Notre-Dame de Cléry, par ses lettres patentes. Le parlement de Paris les enregistre le 7 juillet 1480.

    Le 7 septembre 1483, Louis XI, et Charlotte de Savoie, son épouse, vers décembre 1483, sont inhumés dans la basilique.

    Un tombeau (à l'origine mausolée en bronze et statue du roi en cuivre doré émaillé représenté en chasseur priant) est alors réalisé par l'orfèvre Conrad de Cologne et le canonnier Laurent Wrine, moulé d'après une sculpture de Colin d'Amiens.

    Époque moderne

    Le 2 avril 1562, durant les guerres de Religion, le tombeau du roi et la statue de la Vierge sont détruits par les protestants à la suite de la prise de la ville d’Orléans par les armées du prince de Condé. Le plomb des cercueils est découpé en lanières pour être fondu.

    Sous le règne du roi Henri III, les processions vers Notre-Dame de Cléry par la Chapelle royale étaient fréquemment effectuées, notamment lors de l'Annonciation.

    En 1622, Louis XIII fait construire une nouvelle sépulture en marbre plus modeste qui sera à son tour détruite à la Révolution française (seuls la statue moderne du roi et les quatre anges seront préservés par Alexandre Lenoir à Paris dans son Musée des monuments français), ainsi qu'une nouvelle statue de la Vierge en marbre blanc signée Michel Bourdin d’Orléans, peintre et architecte à Paris.

    Époque contemporaine

     

    La Basilique. Carte postale ancienne

     

    Au XIXe siècle, l’architecte François-Narcisse Pagot et le sculpteur Romagnési reconstituent un nouveau mausolée après que le comte de Choiseul d’Aillecourt ait rapatrié les sculptures du Musée des monuments français en 1818. Le monument est démonté en 1868 puis replacé en 1896 sur un monument prétendument dessiné par Alexandre Lenoir et adapté par le sculpteur Libersac, monument qui figure aujourd'hui dans la nef de l'église.

    Seuls la base d’un crâne scié et une mâchoire, attribués à Charlotte de Savoie, une voûte crânienne sciée, une mâchoire et un fragment de la partie nasale attribués à Louis XI, demeurent à Cléry, dans le caveau de la crypte de la basilique dont l'emplacement est retrouvé en 1889 par l’abbé Saget alors Curé de Cléry, le reste des ossements ayant disparu en 1792 après le passage des révolutionnaires.

    Au XIXe siècle, l'édifice est restauré par, entre autres, l'architecte français Eugène Viollet-le-Duc.

    L'église est classée monument historique sur la liste de 1840.

    En 1891, la chapelle Saint-Jean est restaurée grâce au mécénat de la marquise de Poterat.

    La chapelle royale devient une basilique sous le pontificat du pape Léon XIII, le 2 février 1894.

    En 2002, les réseaux d'électricité, de gaz et de télécommunication situés dans le voisinage de la basilique ont été enfouis et l'édifice a bénéficié d'un nouvel éclairage de ses façades.

    La même année, des travaux archéologiques sur le contenu des tombeaux de la basilique sont réalisés par le Dr Gorbenko, scientifique ukrainien. Leur publication suscitera de violentes polémiques.

    De mars à décembre 2009, 690 000 € apportés par le ministère de la Relance dans le cadre de la mise en œuvre du plan de relance permettent de restaurer les décors sculptés de la façade sud des chapelles.

    Architecture

     

    La nef

     

    Le plan général du bâtiment est de type croix latine.

    La voûte de la basilique est de style gothique, le toit à longs pans est couvert d'ardoises.

    Œuvres

    L'église est dotée de 43 stalles en bois de chêne datées du milieu du XVIe siècle, d'une chaire à prêcher et de fonts baptismaux.

    On trouve également les œuvres suivantes :

    • Des bannières de procession du XIXe siècle représentant Saint André, la Vierge, la charité de Damville, de sainte Reine et de l'Immaculée conception ;
    • Des tableaux représentant l'Annonciation (1859) de Pichon et la mort de Saint Joseph ;
    • Des statues représentant la Vierge à l'enfant, Saint François, Saint Vincent, Saint Sébastien, Saint Jacques le Majeur, Saint André.

    Rattachement

    La basilique Notre-Dame de Cléry-Saint-André appartient à la province ecclésiastique de Tours, au diocèse d'Orléans dans la zone pastorale d'Orléans et au doyenné de Cléry-Sologne.

    La messe est célébrée dans la basilique chaque dimanche matin et le pèlerinage se déroule chaque 8 septembre et le dimanche suivant.

    Photographies

    Extérieur

     

    Chœur de l'église

     

    Porche

     

    Chapelle

     

    Vitrail

     

    Source :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Basilique_Notre-Dame_de_Cl%C3%A9ry-Saint-Andr%C3%A9

     

     

     

     

     

    - Notre-Dame de Cléry

    - Notre-Dame de Cléry-Saint-André

    - Basilique Notre-Dame de Cléry-Saint-André