• Acace : actes du procès de Saint Acace

    Actes du procès de Saint Acace

    Chaque fois que nous rappelons les actions illustres des. serviteurs de Dieu, nous rendons grâces à Celui qui protège le patient dans la souffrance et qui couronne le vainqueur dans la gloire. Martianus, consulaire, ennemi de la loi chrétienne, se fit amener Acace que l'on lui avait signalé comme le refuge et le bouclier des chrétiens d'Antioche. Quand Acace eut été introduit, Martianus dit : « Puisque tu vis sous les lois romaines, tu dois aimer nos princes ».

    Acace répondit : « Eh qui a plus à coeur de le faire et qui aime mieux l'empereur que les chrétiens? Nous prions assidûment pour lui, demandant à Dieu de lui donner une longue vie, un gouvernement juste, un règne paisible ; nous prions pour le salut de l'armée, la conservation de l'empire et du monde.

    Je te félicite pour ces sentiments, mais afin que l'empereur en reconnaisse la sincérité, offre-lui avec nous un sacrifice.

    Je prie mon Seigneur, le grand et vrai Dieu, pour le salut du prince ; mais celui-ci n'a pas le droit d'exiger de nous un sacrifice, ni nous n'avons le droit de lui en offrir. Qui donc peut adresser son culte à un homme ?

    Dis-nous alors à quel Dieu tu offres tes prières, afin que nous aussi nous l'honorions.

    Je te souhaite de connaître mon Dieu qui est le Dieu véritable.

    Comment se nomme-t-il ?

    Le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, le Dieu de Jacob.

    Sont-ce là les noms de ces dieux ?

    Ce n'est pas eux qui sont Dieu, mais celui qui leur a parlé ; et c'est lui que nous devons craindre.

    Quel est-il ?

    Adonaï, le Très-Haut, qui est assis sur les chérubins et les séraphins.

    Qui est-ce séraphin ?

    C'est le ministre du Très-Haut et le plus rapproché du trône sublime.

    Cette fausse philosophie t'a fourvoyé. Méprise les choses invisibles et reconnais Ies dieux véritables qui sont sous tes yeux.

    Quels sont ces dieux auxquels larve= me faire sacrifier ?

    C'est Apollon, notre bienfaiteur, celui qui, repousse loin de nous la peste et la famine, et par qui le monde entier est gouverné et conservé.

    Ah ! oui, un dieu que l'on a tué, car c'est bien ce que vous dites de lui ; un dieu qui, épris d'une fille, poursuivait l'aventure, ignorant qu'il perdrait la proie avant de l'avoir saisie. Un tel ignorant, c'est clair, n'était pas dieu ; l'était-il plus quand une autre fille le trompa ? Il en eut bien d'autres à souffrir, la fortune lui réservait de plus cuisants chagrins. Il aimait les petits garçons: Épris d'un certain Hyacinthe, il brûlait d'amour pour cet enfant; et le pauvre dieu qui ne savait pas l'avenir, tua d'un coup de disque celui qu'il vulait posséder. Un dieu, lui, qui, au temps jadis, se fit maçon avec Neptune, et ensuite garda les troupeaux d'autrui, est-ce a lui que je dois sacrifier? Ou bien tu préfères peut-être Esculape qui mourut foudroyé, ou bien encore Vénus, une adultère, ou les autres monstres. Ainsi ma vie est en jeu si je n'adore pas des coquins que je me garderai bien d'imiter, et je les méprise, et je les accuse, et ils me font horreur ; si quelqu'un les imitait, on le mettrait en prison ? Vous adorez ici ce que vous condamnez là. »

    Martianus dit : « Les chrétiens n'en font pas d'autres, il leur faut déblatérer sur nos dieux. C'est entendu. Maintenant je t'ordonne de venir avec mai au temple de Jupiter et de Junon, nous y ferons un bon 'souper et nous rendrons aux immortels l'honneur qui leur est dû ».

    Acace dit : « Je ne puis cependant pas faire un sacrifice à un individu qui est enterré dans l'île de Crète. Ah çà, est-il ressuscité » ?

    Martianus dit : « Sacrifie ou meurs ».

    Acace reprit : « Moeurs de Dalmate. En ce pays-là, il y a des brigands qui font métier de voler, ils s'embusquent le long d'un chemin détourné et tombent sur les voyageurs. Vient-il un passant, on l'arrête: la bourse ou la vie. Nul ne demande de raison, mais considère la force de l'agresseur. Tu leur ressembles. Tu commandes le mal, ou tu menaces de mort. Je ne crains rien, je n'ai pas peur. Le droit public se charge de punir la débauche, l'adultère, le vol, la sodomie, les maléfices et l'homicide. Si je suis coupable de, ces crimes, je suis le premier à me condamner ; si, au contraire, j'adore le Dieu véritable et qu'on me tue, ce n'est plus la justice, c'est l'arbitraire.. Le prophète a raison de s'écrier : « Il n'y a personne qui fasse le bien, tous se sont relâchés, ils se sont rendus inutiles ». Ainsi tu ne saurais faire autre chose que ce que tu fais. Nous lisons dans nos livres : « Comme tu auras jugé, tu seras jugé toi-même », et ailleurs : « Comme tu auras agi, l'on agira envers toi ».

    Martianus : « Je n'ai pas été envoyé pour juger, mais pour contraindre : si tu méprises le commandement, tu seras châtié ».

    Acace : « Et mon commandement à moi est de ne pas renier mon Dieu. Si tu sers un homme chétif et charnel que la mort atteindra bientôt et qui, tu le sais, deviendra la pâture des vers, combien plus dois-je obéir à Dieu dont la toute-puissance est éternelle, et qui a dit de lui-même : « Celui qui m'aura renié devant les hommes, je le renierai devant mon Père céleste, quand je serai venu dans ma gloire et ma force juger les vivants et les morts » !

    Martianus : « Tu viens de déclarer l'erreur de votre doctrine que j'étais, depuis longtemps, avide d'entendre. Tu viens de dire, n'est-ce pas, nue Dieu a un fils ?

    Oui.

    Et quel est ce fils de Dieu ?

    Le Verbe de grâce et de vérité.

    Est-ce là son nom ?Actes du procès de saint Acace

    Tu ne me parlais pas de son nom, mais de sa puissance.

    Eh bien, son nom, maintenant ?

    Jésus-Christ.

    Qui fut sa mère ?

    Dieu n'a pas engendré son fils, ainsi que font les hommes, de l'union avec une femme, mais il a formé de ses mains le premier Adam, car il ne faut pas croire que la majesté divine ait eu des rapports avec une femme mortelle. Dieu donc a fait de terre le corps du premier homme et là où il a déjà mis sa parfaite image, il ajouta l'âme et l'esprit. De même, le Fils de Dieu, le Verbe de vérité sort du coeur de Dieu, ainsi qu'il est écrit : Mon coeur a proféré une parole parfaite.

    Alors c'est un Dieu qui a un corps?

    Lui seul connaît la forme invisible que nous ignorons, mais nous adorons sa force et sa puissante.

    S'il n'a pas de corps, il n'a pas de coeur, car le sens exige l'organe.

    La sagesse ne naît pas avec des organes, elle est donnée par Dieu. Quel rapport y a-t-il entre le sens et l'organe ?

    Vois les Cataphryges ; leur religion est ancienne, cependant ils l'ont abandonnée pour la nôtre, aujourd'hui ils sacrifient aux dieux. Fais comme eux. Rassemble tous les catholiques et suis avec eux la religion de l'empereur. Ton peuple, je le sais, se laisse conduire, par toi.

    C'est à Dieu, non à moi, qu'obéissent les chrétiens. Ils m'écouteront si je leur enseigne la justice, ils me mépriseront si je leur conseille le mal.

    Donne-moi leurs noms à tous ?

    Leurs noms sont écrits au livre de vie. Comment des yeux mortels pourront-ils déchiffrer ce que la puissance du Dieu immortel et invisible a écrit ?

    Où sont les magiciens qui t'aident dans tes artifices, ou ceux qui t'ont enseigné tes prestiges ?

    Nous avons tout reçu de Dieu, et la magie nous fait horreur.

    Vous êtes des magiciens, puisque vous avez invepté une religion.

    Nous détruisons les dieux créés par vous et dont vous avez peur. Quand l'ouvrier manque de pierre ou que l'on manque d'ouvriers, vous n'avez plus de dieux. Le Dieu que nous craignons, nous, n'est pas de notre fabrication, c'est nous qui sommes créés par lui, car il est le Maître ; nous sommes aimés de lui, car il est le Père, et comme un tendre pasteur il nous a arrachés à la mort éternelle.

    Allons, les noms, ou tu meurs !

    Je suis devant ton tribunal et tu' demandes des noms? Crois-tu donc venir à bout des autres, alors que tu te laisses vaincre par moi seul? Mais, tiens, tu veux des noms, eh bien, je m'appelle Acace et on m'a surnommé le « Bon Ange ». Fais ce que tu voudras. »

    Martien dit : « Tu seras ramené en prison, les pièces du procès seront transmises à l'empereur. Il décidera de ton sort. »

    Dèce, ayant lu toute la procédure, s'intéressa à cette controverse, et même il ne put s'empêcher de sourire en la lisant. Peu de temps après il donna à Martianus la légation de Pamphylie. Quant à Acace, qu'il admira fort, il lui fit grâce.

    Telle fut la conduite du consulaire Martianus, sous le règne de Dèce, le quatre des calendes d'avril.

    N.B. 

    Il fut décapité le 8 mai 311. Saint Acace fait partie des 14 Saints auxiliaires (intercesseurs universels). On le représente généralement en capitaine, avec une croix et une couronne d'épines.On l'invoque comme patron particulier dans les angoisses mortelles et comme intercesseur pour la grâce d'une bonne mort.